Parlons livres #19

Ces dernières semaines, j’ai eu envie de lire des BD. J’en avais deux que j’avais achetées en Belgique en 2019 (une au village du livre lors de notre escapade dans les Ardennes Belges et la seconde lors de notre voyage pour nos noces de cuir à Bruxelles, dont je ne vous ai pas encore parlé). Et puis, j’ai fouiné dans les BD de mon Lui et ça a été le coup de cœur !

N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé si vous les avez lues, ou à me dire si ça vous donne envie d’y plonger !

SORCIÈRES : BIANCA – Alexine & You

Venise est régie dans l’ombre pas de riches familles. Mais le pouvoir de la plus riche d’entre elles repose sur les dons occultes de ses femmes. Bianca, jeune fille à l’esprit libre cherche à affirmer son indépendance, à protéger sa petite sœur Carmine et à vivre ses amours d’adolescente…

J’avais choisi cet album en plein challenge Halloween 2019, forcément la thématique m’avait séduite. La couverture aussi, tout comme le graphisme de l’intérieur et son court résumé. Mais malheureusement, la magie n’a pas opéré avec moi.

J’ai apprécié les dessins et les couleurs, que je trouve très réussis et qui sont pour beaucoup dans le plaisir que l’on a à tourner les pages. Mais j’ai eu plus de mal avec le scénario que j’ai trouvé un peu trop léger : de très bonnes idées sont amenées tout au long des pages, mais rien n’est réellement développé en profondeur et finalement j’ai eu la sensation d’effleurer seulement l’histoire.

Je n’avais pas trouvé les autres tomes annoncés sur la quatrième de couverture, mais j’avoue qu’après lecture de celui-ci, je ne suis pas certaine d’avoir envie de m’y plonger.


SOLO, CHEMINS TRACÉS : FORTUNA – Oscar Martin & Alvaro Iglesias

Cette BD est un spin-off de la saga “Solo”. Je n’ai pas lu la saga originale, j’ai simplement craqué sur la couverture de cette BD. Je n’ai pas eu de problème de compréhension de l’histoire sans avoir lu la saga originale.

Fortuna est une jeune chatte qui vit dans le monde cannibale. Après un tragique événement, elle doit retracer le chemin qu’elle a parcouru avec sa famille. Pendant ce voyage vers ses origines, Fortuna va devoir revivre les épreuves qui ont forgé son caractère et son destin. Elle y trouvera aussi l’amour et deviendra aussi adulte, avec une mission à accomplir…

C’est le graphisme qui m’a subjuguée au premier regard. Et l’intérieur est à la hauteur de la couverture. Les dessins sont superbes, on a l’impression à chaque page d’observer une œuvre d’art pleine de détails. L’univers dessiné et raconté est particulièrement sombre, mais la blancheur des félins fait naître un peu d’espoir dans ce monde post-apocalyptique. Mon seul regret est que j’ai parfois trouvé Fortuna un peu trop sexualisée, alors qu’elle n’en avait pas besoin à mon sens.

Côté scénario, c’est un premier tome qui pose les bases. Mais j’ai parfois trouvé que tout se déroulait un peu vite, me perdant parfois d’une page à l’autre : on laisse une Fortuna petite fille pour la retrouver ado sur la page suivante. Mais au-delà de ce bémol, c’est une BD plutôt originale et prometteuse, dont on a envie d’avoir la suite.


LES INDES FOURBES – Alain Ayrolles & Juanjo Guarnido

Don Pablos de Segovie est une fripouille plutôt sympathique au premier abord. Il nous fait là le récit de ses aventures Picaresques dans l’Amérique que l’on appelait encore “Les Indes” au siècle d’or. Tantôt misérable, tantôt richissime, adoré ou conspué… ses tribulations le mèneront des bas-fonds aux plus beaux palais, des pics de la Cordillère des Andes aux méandres de l’Amazone, jusqu’à ce lieu mythique du Nouveau Monde : l’Eldorado !

Cette BD est un petit bijou. La couverture laisse déjà présager une découverte originale et on n’est pas déçu en tournant les pages. Le récit de Pablos est vraiment prenant. Le talent de conteur du personnage (et de l’auteur) est indéniable et on se laisse vite emporter par ses frasques et ses aventures, malgré une légère tendance à la digression (qui s’expliquera à la fin).

Le scénario, très original, est superbement écrit et particulièrement détaillé. Je l’avoue, je me suis laissée surprendre par la fin, à laquelle je ne m’attendais absolument pas.

Les graphismes, œuvre du dessinateur de Blacksad dont je suis fan, sont sublimes. Le parallèle avec Vélasquez dès les premières pages n’est sûrement pas un hasard d’ailleurs. Chaque page est un régal. Tous les personnages sont détaillés (et certains ont des figures particulièrement amusantes), les scènes sans texte et les grandes cases sont superbes. Quant aux couleurs, c’est un vrai régal.

Bref, vous l’aurez compris, c’est le coup de cœur pour cette magnifique BD !



10 thoughts on “Parlons livres #19”

Répondre à Les lectures de Marinette Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.