Faramidable Anniversaire #2 : Sacrées sorcières

Hello mes libellules !
Ces dernières semaines j’ai été pas mal occupée avec un retour à la maison puis un voyage à Milan avec l’Ingrat. Je suis enfin rentrée, mais je suis épuisée et je me laisse déborder par les choses à faire. Bref, je n’ai pas pu honorer les deux derniers rendez-vous que j’avais prévus pour le Challenge d’Halloween. Mais je me reprends aujourd’hui, avec cette journée de repos qui tombe à pic. Et je vous propose donc le second billet pour le Faramidable Anniversaire de Roald Dahl ! 
Ah ! Si les sorcières portaient vraiment de grandes robes noires, des
chapeaux pointus, une verrue sur le nez et qu’elles se promenaient sur
des balais magiques, les choses seraient tellement plus simples ! La
réalité est beaucoup moins folklorique et beaucoup plus inquiétante,
Roald Dahl nous l’apprend : les sorcières sont pratiquement impossibles à
identifier dans une foule. Seuls de petits signes peuvent les trahir et
il vaut mieux les connaître, car les sorcières n’ont qu’un but :
éliminer les enfants qu’elles détestent ! Lorsque notre jeune héros se
retrouve bien malgré lui caché dans une pièce où les sorcières tiennent
leur congrès annuel, les choses risquent de mal tourner…
Je pensais avoir déjà lu le roman lorsque j’étais enfant, mais finalement, je n’en suis pas si sûre : j’ai eu l’impression de découvrir l’histoire, tout en ayant connaissance de certains points. Bref, une lecture un peu étrange. Mais agréable ! Car l’écriture de Roald Dahl est vraiment un régal. Et je pense que le gros point fort du roman, c’est le fait qu’il soit tant ancré dans le réel. En effet, comme notre jeune héros a des racines norvégiennes et des attaches britanniques, on voit vite le lien entre lui et son créateur. 
L’histoire est assez simple, en soi, mais on se régale à suivre les aventures de ce petit garçon plein d’idées folles et qui ne manque jamais d’humour. J’ai ris, mais j’ai aussi “tremblé” lors du congrès, me demandant s’il allait ou non être découvert ! Sans vouloir en révéler trop à celles et ceux qui ne l’auraient pas encore lu, j’avoue avoir beaucoup aimé la fin du roman, très touchante et surtout loin des fins faciles que l’on peut trouver dans certains romans. 
Bref, ce fut une belle (re ?)découverte de ces sacrées sorcières ! Le roman a été adapté en film en 1990 mais je vous avoue que la bande-annonce me laisse un peu perplexe… pas vous ? 


10 thoughts on “Faramidable Anniversaire #2 : Sacrées sorcières”

  • Sur l'étal Halloween de Cultura, il était lui aussi. Je l'ai pris et reposé. J'ai choisi Miss Peregrine.
    Alors, tu étais à Milan ! j'aimerais beaucoup y aller…

  • Oui je te rejoins, la fin avec ces beaux mots (un peu dur à entendre d'un petit garçon) pour sa grand mère est touchante. Et j'avais regardé la bande annonce pour me faire une idée du film, je pensais même le visionner avec les garçons mais….. euh !!! non, même pour moi c'est "too much" !! ^^

  • J' ai toujours adoré le roman depuis tout petit, et j' ai réussi à aimer le film, que j' ai découvert vers les 11 ans (deux ans apres avoir lu le roman original). Certes, il est un peu cheap, et la fin s' offre une resolution justement un peu trop "facile", mais il est à voir pour la.prestation terrifiante d' Angeliga HUston en grande sorcière, plusieurs années avant qu' elle ne joue Morticia Adams 🙂

  • Je n'arrive jamais à avoir tes liens vers tes billets quand je clique sur le titre ça ne me donne pas le lien, pourrais tu me donner le lien vers celui ci des sacrées sorcières ? et j'aimerais aussi le lien vers ta recette de gâteau à la carotte, merci d'avance ;0) Tu peux venir me donner ça chez moi, dans un commentaire. Gros bisous Chicky, et bon week end
    L'or rouge
    http://lorouge.wordpress.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.