“Mes cheveux sont blancs comme la nuit”

Bonsoir petites libellules lectrices !

Je vous reviens aujourd’hui pour vous parler de livre. Et plus particulièrement d’une bande-dessinée, dans le cadre du challenge d’Halloween de Lou&Hilde. Et j’en profite pour glisse ici que, vu mon manque de temps et d’organisation, je pense regrouper tous mes billets ici et me séparer de Dernière Page. Enfin, comme j’y ai beaucoup bossé, je vais le laisser ouvert, mais je pense que dorénavant, il n’y aura plus qu’un seul lieu pour retrouver tous mes billets, y compris ceux de la lecture. Et donc, cela va inclure des changements de look par ici, si j’arrive à faire ce que je souhaite…
Mais revenons à nos moutons, avec “End : Elisabeth”, de Barbara Canepa et Anna Merli.
Imaginez… Si le monde autour de vous
jamais ne se mouvait. Si le murmure du vent et le  chuchotement de la
pluie se répétaient inexorablement dans leur devenir monotone… Si le
silence, souverain, régnait jusqu’à ce que l’invisible ne soit vôtre…
Tel
est mon univers. Un monde où la berceuse du temps a cessé d’entonner sa
complainte. Un monde anémié, privé de toutes couleurs, où les esprits
et les âmes
perdues trouvent enfin la paix dans leurs mausolées solennels et sans
âge…
J’ai 13 ans. Elisabeth est mon nom. Mes cheveux sont blancs comme la vie. Si le cœur vous en dit, vous pourrez me rencontrer.
Mais pour cela, il vous faudra mourir…

J’avais croisé cette BD il y a un petit moment, j’avais été attirée par la couverture et son look très sombre et par le graphisme de la bande-dessinée, mais comme je suis très difficile en BD, j’avais hésité à me l’offrir. Puis, j’ai eu l’occasion de la trouver à ma bibliothèque, pile-poil pour le challenge Halloween alors ce fut l’occasion !

Et pour moi, ça reste une lecture un peu décevante. J’aimais vraiment beaucoup le graphisme de la couverture, mais finalement j’ai un peu été déçue par l’intérieur, qui m’a paru moins “à la hauteur”, même si ça reste un graphisme vraiment très beau. Mais par moments, c’était assez inégal malheureusement.
Quelque chose qui m’a particulièrement dérangée dans le graphisme, c’est la représentation de ce personnage, qui est donc Elisabeth, âgée de 13 ans. 13 ANS. Et elle est dessinée à demi-nue dans une partie de la bande-dessinée. Je trouve ça assez dommage de passer par la nudité dans un dessin. Je ne suis pas prude ou vieux-jeu (juste un peu féministe !), mais à mon sens, le personnage n’avait pas besoin d’être dénudée pour ce passage. BREF.

Quant au scénario, j’avoue que je suis assez sceptique. Peut-être est-ce moi qui suis peu réceptive à ce genre d’univers un peu complexe, mais j’ai souvent été déroutée, j’ai eu l’impression qu’on cherchait à m’emmener quelque part, mais je n’ai pas compris où. Je pense qu’il y a un sens que je n’ai pas saisi, ce qui a rendu ma lecture difficile. Par contre, j’ai plutôt apprécié l’univers qui a été imaginé par les deux auteures, le graphisme lui rend bien justice.

Pour ce qui est des personnages, je reste sur ma faim, j’ai l’impression de n’en découvrir qu’une toute petite partie et d’être finalement laissée pour compte dans cette histoire. Il me manque des éléments, sur l’avant de l’histoire et sur la suite. Bref, c’est un peu incomplet à mes yeux pour pouvoir donner un véritable avis. Je reste sur ma faim en terme de scénario et en terme de découverte des personnages. Par contre, sachez-le, j’adore les animaux transformés et particulièrement le chat-serpent !!

 



9 thoughts on ““Mes cheveux sont blancs comme la nuit””

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.