Challenge Feel-Good #1 : BD positives

Je participe à nouveau avec grand plaisir à la saison 4 du Challenge Feel Good organisé par la douce et bienveillante Soukee de Bouquinbourg. Aujourd’hui (oui, il n’est pas trop tard !), le planning qu’elle nous a concocté prévoyait de partager des BD positives. Je vous en propose deux qui réchauffent le cœur à mon sens…

Miss Charity, l’enfance de l’art
Loïc Clément, Anne Montel & Marie-Aude Murail

De quoi ça parle : En 1880, Charity est une petite fille de la bonne société anglaise. Endeuillée par la mort de ses petites sœurs, sa famille lui accorde peu d’attention ; aussi se réfugie-t-elle auprès de sa bonne, Tabitha. Elle élève également des souris dans la nursery, dresse un lapin, étudie des champignons au microscope et apprend Shakespeare par cœur, espérant qu’un jour quelque chose rompra sa solitude.

Ce que j’en ai pensé : À mon sens, Marie-Aude Murail adaptée en bande-dessinée par Loïc Clément, c’était forcément une bonne idée. Et effectivement, c’est même plus que ça car ce premier tome est vraiment très beau ! Cette histoire est celle de Charity, fille de la bonne société anglaise, qui est passionnée par les animaux. Bien évidemment cela n’est pas sans rappeler la célèbre Beatrix Potter, la maman de Pierre Lapin. Et c’est bien normal car Marie-Aude Murail s’en est inspirée pour écrire son roman. Ici on retrouve avec grand plaisir l’adaptation par Loïc Clément, qui est très juste et bien écrite. L’adaptation est magnifiquement servie par le dessin très fin et les couleurs délicates de l’aquarelle d’Anne Montel. Chaque page est vraiment un régal, on se prend très vite d’affection pour la Charity, mais également pour sa bonne et le reste de son entourage. Les petits animaux qui sont présents tout au long de l’histoire ne sont pas en reste. Bref, pour moi c’est une BD parfaite pour se faire du bien à l’esprit. Il manque seulement la suite pour que ce soit parfait !


Graines de cheffes
Lily LaMotte & Ann Xu

De quoi ça parle : La famille de Cici vient de quitter Taïwan pour vivre à Seattle, et l’adolescente n’a qu’une idée en tête : pouvoir fêter le soixante-dixième anniversaire de sa grand-mère. Pour financer le voyage d’A-Má, elle va tenter de remporter le premier prix d’un concours de cuisine pour enfants. Il y a juste un problème… Cici ne sait cuisiner que la nourriture taïwanaise.

Ce que j’en ai pensé : Cette BD, c’est justement Soukee qui en avait parlé sur son blog voilà quelques temps déjà. Tentée, comme souvent, je l’avais notée sur la liste d’achats de la médiathèque où je travaille. Et pile poil avant mes vacances, il est arrivé. Je suis partie avec sous le bras et je me suis régalée avec cette BD, dans tous les sens du terme ! L’histoire de Cici m’a beaucoup plu et m’a beaucoup touchée, j’ai trouvé que c’était une manière vraiment originale d’aborder des thématiques très importantes : le racisme ordinaire, l’amitié, l’amour filial, l’avenir professionnel ou encore l’intégration. C’est bien écrit, très juste, il n’y en a jamais trop. Le concours de cuisine donne très fin et n’a pas été sans me rappeler “Le gourmet solitaire” de Tanigushi et Kusumi, j’ai eu de nombreuses fois l’eau à la bouche ! Cici est un personnage adorable, qui fait preuve d’une ténacité incroyable et nous donne une jolie leçon. Les dessins sont très jolis et collent idéalement à l’histoire. Bref, un gros joli de cœur pour cette BD particulièrement gourmande !

, , , ,

14 réponses à “Challenge Feel-Good #1 : BD positives”

  1. De chouettes BD ! Je n’en lis pas beaucoup, à tort, alors je note ! J’aime bien l’idée d’un univers inspiré de Beatrix Potter et je note aussi l’idée de la BD gourmande :). Bon week-end à toi !

Répondre à Northanger Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

🠕 Remonter en haut de la page 🠕