Challenge Halloween #8 : Sorcellerie 2/2

C’est le retour des sorcières ! Le 3 octobre dernier je vous proposais un premier billet dédié à la sorcellerie dans le cadre du Challenge Halloween et de sa thématique “Sorcellerie : De la magie au féminisme”. Je poursuis aujourd’hui avec deux nouvelles lectures, complètement différentes…

Je pense que ces derniers temps, personne ou presque n’est passé à côté de cet essai qui a fait grand bruit. Je l’ai vu plusieurs fois sur des blogs, puis à force de dire que je souhaitais le lire, il m’a été offert. Et je l’ai aussi offert de nombreuses fois !

Tremblez, les sorcières reviennent ! disait un slogan féministe des années 1970. Image repoussoir, représentation misogyne héritée des procès et des bûchers des grandes chasses de la Renaissance, la sorcière peut pourtant, affirme Mona Chollet, servir pour les femmes d’aujourd’hui de figure d’une puissance positive, affranchie de toutes les dominations. Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure de la sorcière. Elle est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ?

Je ne vais pas faire tenir le suspense plus longtemps : j’ai adoré ma lecture. Elle m’a beaucoup apporté dans ma manière de voir les choses, mais elle m’a aussi beaucoup énervée au fur et à mesure que je découvrais et comprenais certains aspects de l’histoire. L’essai explore les trois archétypes de la femme : la femme indépendante (célibataire, veuve… qui penseraient par elles-même attention !), la femme sans enfant (impossible, les femmes doivent enfanter) et la femme âgée (quelle horreur, des rides !). Trois types de femmes, forcément… trois types de sorcières. L’écriture est plutôt accessible, même s’il vaut mieux rester concentrée. C’est, pour moi, un livre à lire et à faire lire !


Sur un ton plus léger, elle a elle aussi fait parler d’elle : c’est l’adaptation en BD du célèbre roman de Roald Dahl “Sacrées sorcières”, par Pénélope Bagieu. Un de mes premiers achats en sortant du confinement !

“Les enfants sont répugnants !
Ils puent ! Ils empestent !
Ils sentent le caca de chien !
Rien que d’y penser, j’ai envie de vomir !
Il faut les écrabouiller !
Les pulvériser !
Écoutez le plan que j’ai élaboré pour nettoyer l’Angleterre de toute cette vermine…”
Attention ! Les vraies sorcières sont habillées de façon ordinaire et ressemblent à n’importe qui. Mais elles ne sont pas ordinaires. Elles passent leur temps à dresser les plans les plus démoniaques et elles détestent les enfants. La Grandissime Sorcière compte bien les faire tous disparaître. Seuls un jeune garçon et son extravagante grand-mère semblent capables de l’en empêcher…

Celui-là non plus, je crois qu’il n’y a plus besoin de le présenter. Le roman a bercé mon enfance, Roald Dahl est l’un de mes auteurs préférés. Alors forcément, quand j’ai découvert que Pénélope Bagieu l’adaptait en version BD, je n’ai pas résisté longtemps ! Et je n’ai pas du tout été déçue. J’ai adoré redécouvrir cette histoire que j’adore et qui a été drôlement bien adaptée. Les dessins de Pénélope Bagieu collent parfaitement à l’univers déjanté de Roald Dahl et on n’a pas envie que ça s’arrête. Il n’y a pas grand chose d’autre que je puisse dire que “lisez-le !”…


Et voilà pour ce deuxième billet consacré à la sorcellerie. Un peu plus près du féminisme que de la magie cette fois-ci. Avez-vous lu ces deux livres ?



6 thoughts on “Challenge Halloween #8 : Sorcellerie 2/2”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.