Roald Dahl (Mois Anglais #7)

Hello baby dragonflies !
De retour pour le dernier (déjà !) rendez-vous de ce joli mois anglais. Et ce n’est pas un petit rendez-vous puisque c’est celui qui nous fait repartir en enfance… Pour ce retour en enfance, j’ai décidé de vous parler de mon auteur préféré de quand j’étais petite, celui qui avec l’une de ses héroïnes, m’a donné le goût de lire : Roald Dahl. Et en plus, 2016 est l’année du centenaire de sa naissance, ça tombe plutôt bien !
 
Roald Dahl est né au Pays de Galles en 1916, de parents Norvégiens. Âgé de 17 ans, rêvant d’aventure il part pour Terre-Neuve et s’engage dans la Royal Air Force en tant que pilote de chasse, pendant la Seconde Guerre mondiale. Il se met petit à petit à écrire des nouvelles pour adultes, puis se lance dans la littérature de jeunesse en 1961 avec “James et la grosse pêche“, qu’il imagine pour ses cinq enfants, à qui il raconte chaque soir une nouvelle histoire. Son tout premier grand succès fut le célèbre “Charlie et la chocolaterie“, adapté par le non mois célèbre Tim Burton.
Jusqu’à sa mort en 1990, il continuera d’écrire des livres pour le jeune public, lectorat qui est, à ses yeux, le plus exigeant. Il a d’ailleurs expliqué : “J’essaie d’écrire
des histoires qui les saisissent à la gorge, des histoires qu’on ne peut
pas lâcher. Car si un enfant apprend très jeune à aimer les livres, il a
un immense avantage dans la vie.
” Selon lui, il faut pour cela “avoir
préservé deux caractéristiques fondamentales de ses huit ans: la
curiosité et l’imagination
“. Rien à rajouter.
Quand j’étais en CM1, j’avais fait un exposé sur lui, qui m’avait valu un A. Et ça avait été l’occasion pour moi de dévorer toute sa bibliographie, avec quelques titres qui m’ont particulièrement marquée. Le premier, c’est “Matilda” (paru en 1988, année de ma naissance… si c’était pas un signe !), l’histoire de cette fillette qui adore lire et dont les parents sont deux gros neuneus de première. L’adaptation réalisée en 1996 par Danny DeVito lui rend plutôt bien justice, même si le livre reste une pépite. 
Le second qui m’a beaucoup plus c’est “Fantastique Maître Renard“, paru en 1970. Je me souviens l’écouter en boucle en cassette, à la maison, en jouant aux Playmobils. Et là encore, l’adaptation (par Wes Anderson, en 2009) est une vraie réussite, ne la manquez pas ! Et écoutez-moi cette bande-son, c’est entraînant, c’est top !
J’ai aussi adoré “L’énorme crocodile“, très drôle, et bien évidemment “Charlie et la Chocolaterie“. Encore une fois lui aussi bien adapté par Tim Burton. Bref, En fait, c’est difficile de ne pas vous parler de tous les livres, parce que je les adore tous… Donc, conclusion : si ce n’est pas déjà fait, ruez-vous dessus. Point. 
Roald Dahl est une belle façon de conclure ce beau Mois Anglais et j’espère que vous avez apprécié les billets du mois de juin… A très vite mes libellules !



13 thoughts on “Roald Dahl (Mois Anglais #7)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.