Parlons livres #3

Bonsoir mes libellules !
Je vous retrouve ce soir pour une troisième édition de “Parlons livres”, un peu différente puisque je ne vais pas vous parler de trois livres, mais seulement de deux. Non pas que je n’en ai pas lu assez pour vous en parler (j’en ai plein sous le coude !), mais j’ai trouvé que ces deux-là allaient bien ensemble, et heureux hasard, je les ai lus l’un à la suite de l’autre. 
“Les livres prennent soin de nous : pour une bibliothérapie créative”, Régine Detambel.
C’est chez Hilde que j’ai découvert cet essai et son billet m’a donné envie de me le procurer. Je l’avais sagement noté dans mon petit carnet. Puis un jour que je m’étais cachée dans une librairie parce qu’il pleuvait, je suis tombée dessus. Évidemment, je ne l’ai pas laissé partir… Dans cet essai, Régine Detambel nous fait découvrir la bibliothérapie, ou l’art de se soigner par les livres. Que ce soit par la rythmique, la musicalité, la syntaxe, le toucher des feuilles ou encore leur odeur, les livres nous soignent, nous apaisent. 
Il y a longtemps que je suis persuadée du pouvoir des livres. Je l’ai testé sur moi-même, en lisant des livres qui m’ont fait du bien et/ou qui m’ont permis de comprendre des choses sur moi-même (je parle de romans, pas de “self-help books”, qui n’ont, à mon sens, pas vraiment d’intérêt puisqu’ils s’adressent à une majorité et ne s’adaptent pas nécessairement à la personne particulière). Et puis il y a eu mes études qui m’ont encore plus convaincue, avec mon mémoire sur la nécessité de l’éveil au livre et à la lecture pour les tout-petits. Et enfin, mon travail d’agent de bibliothèque, avec des lecteurs et lectrices qui cherchent des livres pour aborder des sujets avec leurs enfants ou d’autres qui racontent qu’ils ont évité la dépression grâce aux livres. Bref, en lisant cet essai, j’étais déjà convaincue d’avance.
Finalement, ce livre m’a surtout apporté l’envie de [me] construire une bibliographie pour guérir. Ce que je pense que je vais faire, tant dans ma vie personnelle que professionnelle. 
Toutefois, j’apporte quand même un petit bémol, tout à fait personnel, c’est que l’auteure cite surtout des grands auteurs classiques et de la poésie, alors que je suis à 200% convaincue que les romans plus récents et contemporains sont aussi (voire plus), à mes yeux, capables d’apporter énormément au lecteur en demande. 
Dans tous les cas, c’est un essai très facile et agréable à lire, accessible à tous, je vous le recommande chaudement ! 
“La bibliothèque des cœurs cabossés”, Katarina Bivald.
Tout le monde ou presque a bien sûr entendu parler de ce livre, je ne suis pas passée à côté de cette jolie couverture et du résumé plus que séduisant. Alors quand au retour de mes vacances, j’ai vu que mes collègues l’avaient acheté, je me suis jetée dessus. Et en moins d’une semaine je l’avais dévoré. 
Au départ, il y a la correspondance entre Sara, libraire suédoise, timide et mal dans sa peau, et Amy, vieille dame cultivée et solitaire, qui habite à Broken Wheel dans l’Iowa. Deux ans d’échanges épistolaires mènent à l’arrivée de Sara dans l’Iowa. C’est là que commence le récit. Dans cette étrange ville morte, on fait la connaissance de personnages hauts en couleur, parfois caricaturaux, mais tous attachants. Oui, même Caroline la cul-bénie. Pour s’occuper, dans cette ville perdue où personne ne la laisse rien payer, elle décide de créer une librairie. Et c’est le début de la renaissance pour la ville, pour Sara et pour tous les habitants. Jusqu’au moment où… 
Allez, je ne vous en dis pas trop quand même. Si ce n’était pas un coup de cœur, c’était tout de même un vrai beau livre, qui fait du bien et qui donne de l’espoir. Et qui fait rêver. Parce que oui, il faut le savoir, mon rêve à moi, c’est d’ouvrir une librairie café. Et genre, la librairie de Sara, c’est un peu celle de mes rêves ! Ce que j’ai le plus aimé, et trouvé les plus original, c’est le classement que fait Sara dans sa librairie. Elle ne classe pas par auteurs, ou par taille ou autre. Non, elle classe pas “Fins malheureuses”, “érotique gay”, “violence, sexe et scandales”, etc. Et finalement, j’ai aimé cette façon de trouver des “étiquettes” différentes de celles qu’on a l’habitude de voir. 
Un autre point que j’ai beaucoup apprécié : la détermination de Sara à trouver un livre pour chaque habitant. Un livre qui permettra à chaque personne de se (re)trouver et d’aimer la lecture. Et c’est là que le lien se fait avec l’essai dont je parlais juste au-dessus. Chaque personne au monde a un livre qui lui correspond, un livre qui lui fera du bien. Tout est dit. 
Celui-ci aussi, je vous en recommande la lecture, c’était une belle découverte !

C’est tout pour cette session “Parlons livres”, j’espère vous avoir convaincu(e)s… À très vite pour de nouveaux billets !



8 thoughts on “Parlons livres #3”

  • Très agréable à lire comme article. J'ai déjà beaucoup entendu parler du deuxième livre, mais je découvre le premier. Et je suis assez curieuse de découvrir ce que ça peut donner. Je ne manquerai pas de le lire si j'en ai l'occasion !

    • Merci ! Oui, le second livre a été beaucoup encensé sur la blogosphère, je n'irai pas jusqu'au coup de cœur comme la plupart des gens, mais j'ai trouvé que c'était une jolie histoire 🙂

  • Je suis en train de lire la bibliothèque des coeurs cabossés mais j'ai un peu de mal à y rentrer… j'espère que ça va finir par y arriver…

    • Oui, j'avais trouvé que c'était un peu long au début, mais j'ai quand réussi à entrer dedans et à trouver que c'était une bien jolie histoire, qui valait le coup d'être lue 🙂

  • Oh "La bibliothèque des coeurs brisés" me fait trop envie. D'ailleurs, après avoir lu ton avis, je m'en vais le rajouter sur ma birthday wishlist lol. Si tu ouvres ta librairie-café, je viendrai 🙂

  • Je suis contente que l'essai de Régine Detambel t'ait plu. Merci pour le clin d’œil. Sinon, je note définitivement "La bibliothèque des cœurs cabossés". J'hésite depuis un moment!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.